DES QUESTIONS?

scmo@scmo.ca

RESTEZ EN CONTACT      Facebook Logo

Conférences itinérants

LE CONFÉRENCIER ITINÉRANT SCMO - 2019 (voir l'horaire )


 
Roberta Hamme

University of Victoria
CMOS Western Tour Speaker

Sujet de la présentation:

Les concentrations en oxygène des océans contrôlent les endroits où les organismes s’y développent, en plus de fournir d’importants indices sur les taux de productivité biologique et les impacts du changement climatique. Pourtant, même s’il s’agit d’une des mesures chimiques océanographiques les plus anciennes et les plus robustes, notre compréhension du cycle et de la variabilité de l’oxygène a été limitée par la faible fréquence des observations prises à bord de navires. Les capteurs d'oxygène montés sur des flotteurs Argo offrent les moyens d'étendre considérablement cette base de données. Ces flotteurs robotiques autonomes changent de densité pour se profiler dans la colonne d’eau. Les observations à bord des navires restent toutefois essentielles pour calibrer les capteurs, déployer des flotteurs et surtout mener des études approfondies sur les processus qui affectent les variations observées de l'oxygène. Par exemple, les flotteurs Argo en mer du Labrador, l'un des rares sites au monde où les eaux de surface se déplacent dans les profondeurs de l'océan, ont été utilisés pour déterminer la faible teneur en oxygène de ces masses d'eau nouvellement formées. Dans l'océan Pacifique nord, ils ont été utilisés pour estimer les taux de productivité biologique sur un cycle annuel. Parmi les nouvelles questions auxquelles on peut répondre à l'aide de telles observations, notons la documentation et la compréhension des récentes tendances à la baisse de l'oxygène dans la plupart des eaux souterraines de l'océan (connues sous le nom de désoxygénation des océans) et la mise en relation des cycles de l'oxygène avec d'autres capteurs actuellement déployés sur des flotteurs Argo, tels que le pH. , nitrate et propriétés optiques.

Biographie:

Roberta Hamme est une océanographe chimique qui étudie le cycle du carbone marin. Elle s‘intéresse notamment à la compréhension et la quantification des mécanismes naturels qui transportent le carbone de la surface des océans vers les profondeurs, réduisant ainsi les niveaux de dioxyde de carbone atmosphérique. Pour ce faire, Roberta utilise des mesures de haute précision des gaz dissous, tant des gaz bioactifs comme l'oxygène que des gaz inertes comme le néon, l'argon et le krypton. Parmi ses projets en cours, notons l’élaboration de méthodes permettant de quantifier l’équilibre des gaz avec l’atmosphère avant que les eaux de surface ne pénètrent plus en profondeur; l’utilisation de l’oxygène pour mesurer la productivité des océans; la détermination des quantités de dénitrification des océans (transformation du nitrate biodisponible en azote non disponible). Elle est titulaire d’une chaire de recherche du Canada sur la dynamique du carbone océanique à l’École des sciences de la Terre et des océans de l’Université de Victoria.


Auparavant en 2018:

 
  Gilbert Brunet  (Ph. D.)  


                                

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 
     Sujet de la présentation:
    Vers des prévisions intégrées du temps et du climat    

Depuis une dizaine d’années, la prévision du temps, du climat et de la composition de l’atmosphère s’est révélée l’un des domaines scientifiques les plus importants. Cet essor découle en partie de l’amélioration remarquable des prévisions météorologiques actuelles, desquelles la société dépend de plus en plus pour prendre un large éventail de décisions au jour le jour. Et ce, entre autres, parce que les changements climatiques sont maintenant largement reconnus et qu’on se rend compte qu’ils toucheront profondément la population entière par le biais d’événements climatiques et météorologiques de fort impact.

En conséquence, la société doit demeurer à la fine pointe de la modélisation et de la prévision de l’évolution du système environnement entièrement intégré : atmosphère (conditions météorologiques et composition), océans, surface terrestre (physique et biologique) et cryosphère. Cette approche entraînera la prestation de services de plus en plus précis et fiables à tous les secteurs socioéconomiques qui sont vulnérables aux effets des conditions météorologiques et climatiques défavorables, aujourd’hui et demain. Elle se trouvait au cœur de la Conférence scientifique publique mondiale sur la météorologie (Montréal 2014). Les résultats de la conférence figurent dans la publication de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) intitulé : Prévoir l’évolution du système terrestre de la minute au mois (correcteurs principaux : G. Brunet, S. Jones, P. Ruti, OMM-N o  1156, 2015). Ce document est offert gratuitement en ligne sur le site de l’Organisation météorologique mondiale. Nous présenterons certains des objectifs à long terme de cette entreprise et fournirons des exemples de modélisation et de prévision du système terrestre, à des échelles urbaine à mondiale.     

                                                                                     

Conférencier itinérant de la SCMO: Gilbert Brunet

Gilbert Brunet a obtenu un doctorat en météorologie de l’Université McGill en 1989. Il dirige depuis 2006 la Division de la recherche en météorologie (DRM) au sein d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC), incluant un détachement comme directeur des sciences au service météorologique du Royaume-Uni (UK Met Office) de 2012 à 2015. En 2010, il a reçu la médaille Patterson pour service méritoire en météorologie au Canada pour sa contribution dans ce domaine. Il a présidé, de 2007 à 2014, le comité directeur du Programme mondial de recherche sur la prévision du temps (PMRPT) relevant de l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Durant ce mandat, il a contribué à maintes activités de planification stratégique relativement aux sciences météorologiques et climatologiques.

Sur le plan de la recherche scientifique, on le considère comme un expert de la dynamique du temps et du climat depuis ses travaux postdoctoraux au département de mathématiques appliquées et de physique théorique de l’Université Cambridge (R.-U., 1989-1991) et au Laboratoire de météorologie dynamique (École normale supérieure, Paris, 1991-1993). Ses travaux incluent des études analytiques et empiriques des processus ondulatoires aux échelles régionale à planétaire et la prévision numérique du temps de la minute aux saisons. Il a corédigé plus de cinquante articles révisés et a codirigé la thèse d’une dizaine d’étudiants, en tant que professeur auxiliaire, au département des sciences atmosphériques et océaniques de l’Université McGill et au Département des Sciences de la Terre et de l’atmosphère de l’UQAM.

https://collaboration.cmc.ec.gc.ca/science/rpn/pers/pages/brunet_gilbert/en/

https://www.ec.gc.ca/scitech/default.asp?lang=Fr&n=F97AE834-1&xsl=scitechprofile&formid=CD22C909-043A-4A34-882F-A165017C0FAE                    

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            
                                                                                                                                                                                                                                                                             
 

Auparavant en 2017:

   
 
Richard Dewey (Ph. D.),

Ocean Networks Canada,
Université de Victoria

                                                                                                                  
  Sujet de la présentation:

Anomalies récentes dans le Pacifique : les oscillations, El Niño et le fameux «  Blob  »

Au cours des dernières années, l’océan Pacifique a été le théâtre de plusieurs anomalies majeures, généralement en réaction aux systèmes atmosphériques de grande échelle. Certains de ces phénomènes sont déjà connus, y compris l’oscillation du Pacifique, qui date de près de cent ans. Toutefois, des occurrences récentes ont été détectées dans un contexte de changements climatiques et à l’aide de systèmes d’observation et de prévision améliorés. Notre capacité à détecter, à caractériser et à corréler ces phénomènes continue de progresser, tandis que notre capacité à prévoir et à comprendre les causes et les liens demeure plutôt limitée. Dans ce survol d’événements majeurs qui se sont déroulés de 2012 jusqu’à la fin de 2016, nous tenterons de tracer le portrait troublant du nord-est du Pacifique, afin de dévoiler ce que nous savons et ce que nous ignorons de cette région cruciale. 


  Conférencier itinérant de la SCMO : Richard Dewey
Richard Dewey est océanographe. Il détient un diplôme en physique de l’Université de Victoria et un diplôme en océanographie de l’Université de la Colombie-Britannique. Sa carrière l’a souvent mené à réaliser des observations en mer. Après des escales à Corvallis et à Seattle, il est revenu à l’Université de Victoria en 1995. Ayant été l’un des architectes à l’origine des observatoires océaniques VENUS et NEPTUNE, il dirige maintenant les programmes scientifiques interdisciplinaires qu’ont rendus possibles les systèmes diversifiés qu’exploite Ocean Networks Canada, à Victoria. Membre de la SCMO depuis 30 ans, il représente fièrement le Canada dans son rôle de premier plan, dans le monde des observatoires sous-marins reliés par câbles. Avec les observations vient la nécessité d’expliquer les signaux suspects que l’on détecte, comme ce fut le cas en 2014, quand des eaux anormalement chaudes sont apparues dans le nord-est du Pacifique.                                                      

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

Auparavant en 2016:

 Francis Zwiers, 
 
Directeur des impacts climatiques du Pacifique  Consortium, Université de Victoria
  Francis Zwiers
sujet de la présentation: 

Conditions climatiques extrêmes - sont-elles réelles, ou tout simplement imaginées? 

Les médias électroniques et imprimés d'aujourd'hui sont remplis d'histoires au sujet de conditions météorologiques et climatiques extrêmes de partout dans le monde. 
Ces histoires attirent notre attention en raison de leur immédiateté et des impacts dévastateurs de ces événements, lesquels entraînent souvent des morts et des centaines ou voire des milliards de dollars de dégâts. 

Dans la foulée de telles dévastations, les médias soulèvent des questions quant à savoir si ces événements extrêmes sont plus fréquents et plus intenses que dans le passé, 
ou si l'activité humaine est une force motrice de changements à long terme ou, inévitablement, si l'événement particulier qui vient juste de se de passer a été causé par 
l'influence de  l'homme sur le climat. Ces trois questions seront discutées, et un aperçu sera donné sur les dernières réponses que la science climatique peut fournir

Le discours est disponible dans la page Web SCMO  Webinar  

 Prof. Ronald Stewart 
Université du Manitoba


Ronald Stewart
sujet de la présentation:     
Précipitations dangereuses à des températures près de 0 °C

Les précipitations hivernales touchent tous les Canadiens et produisent souvent des conditions dangereuses. Cette affirmation s’applique très certainement aux précipitations qui tombent quand la température s’approche de 0 °C (et qui comprennent la pluie verglaçante, le grésil et la neige mouillée). Mais il existe une incertitude considérable relativement aux caractéristiques, à la formation, à la détection et à la simulation de ces précipitations. Ces lacunes limitent nos efforts de surveillance et nos capacités de prévision, à toutes les échelles temporelles. La présentation portera sur ces sujets. 

 


   

Conférenciers itinérants passés

Anneé Nom Titre
2015


2015
Kumiko Azetsu-Scott


Dr. Charles Hannah
Environ 1/4 du dioxyde de carbone (CO2) libéré dans l'atmosphère par les activités humaines depuis le début de la révolution industrielle dans les années 1800, a été absorbé par les océans.

Un aperçu de la composante océanographique de l’Initiative pour la sécurité des pétroliers de classe mondiale
2014 Tom McElroy Ozone Science: From Discovery to Recovery - and Beyond
2013 Denis Gilbert Oceans and Climate Change /  Océans et changements climatiques
2012 Eyad Atallah Where's the rain? A talk on the connection between tropical cyclones in the North Pacific and drought in Western Canada
2011 Thomas F. Pedersen Climate Change and the Pacific Institute for Climate Solutions: Blending Science, Social Science, Politics and Opportunity
2010 Jim Drummond Our PEARL Near the Pole: Atmospheric Research at 80oN
2009 Ken Denman Climate Change: a Collision of Science, Politics, Economics and Ethics / Le changement climatique : un choc d'idées scientifiques, politiques, économiques et éthiques
2007-2008 Ed Hudson Arctic Weather / Le Temps arctique
2006-2007 Fraser J.M. Davidson &  Dan Wright * Ocean Forecasts for Canadians: Improving safety at sea through prediction of ocean behaviour
2005-2006 Phil Chadwick Weather through the Eyes of Canadian Artists Featuring Tom Thomson and the Group of Seven
2005 Maurice Levasseur Testing the Iron-DMS-Climate Connection in the Subarctic Pacific  / Tester la relation fer-DMS-climat dans le Pacifique subarctique
2004 M.A. Jenkins Coupled Wildfire-atmosphere Modelling / Modélisation couplée feux de forêt/atmosphère
2003 Geoff L. Holland The Challenges, Past, Present and Future of Ocean Observing Systems
2002 Michel Jean Non-traditional Applications of Meteorological Modelling
2001 Howard J. Freeland Argo Armada - a Global Array of Profiling Floats
2000 Robert S. Schemenauer Fog and Fog Collection - Exploring this Hidden Water Resource
1999 Greg Flato The Cryosphere and Climate Change
1998 Natalie Gauthier The interMET Project: Using the Internet to Improve the Teaching of Meteorology in Quebec High Schools
1996-1997 William Hsieh Neural Networks for Short-Term Climate Prediction
1995-1996 Ambury Stuart How to Establish a Small Scientific Consulting Business
1994-1995 J.R.N. Lazier The North Atlantic Oscillation versus the Cold Fresh Fishless Labrador Sea
1993 A. Staniforth Numerical Forecasting of the Atmosphere
1992 Jim Gower Satellite Images - Where are we after 20 years?
1991 J.-P. Blanchet Global Climate Modelling
1990 M.I. El-Sabh * The International Decade for Natural Hazard Reduction - A Challenge for Canadian Meteorologists and Oceanographers
1989 David Phillips
Peter Zwack *
Canadian Weather Legends - Facts, Fallacies  and Fables
1988 Trevor Platt The Role of Marine Plant Life
1987 M. Khandekar - W. Canada
L.A. Mysak - E. Canada
Asian Monsoon Droughts and Floods
Ocean Wave Modelling
1986 D. Farmer Uses of Acoustic Techniques in Meteorology and Oceanography
1985 R. Portelli, B. Weisman  
1984 Warren L. Godson * Diagnosis and Prognosis of Atmospheric Science Controversies
1983 R.O. Ramseier * Passive Microwave Remote Sensing of Sea Ice
1982 P.A. Taylor Wind Power in Canada - Some Meteorological Aspects
1981 G.L. Austin, W.J. Emery  
1980 M. Glanz  
1979 A. Fraser  
1978 D.S. Davison  
1976 J. Maybank *   
1975 P.E. Merilees  
1974 A.G. Davenport  
1973 W.R. Frisken  
1972 M.B. Danard *  
1971 F.K. Hare *  
1970 T.R. Oke  
1969 K.M. King  

* = Décédé

Note:  For many years these Tour Speakers were supported by AES and DFO.